Bienvenu(e) sur la Joyce Family, le Forum Officiel de Joyce Jonathan, auteur, compositeur, interprète, révélée par 486 internautes.
Le staff te souhaite une agréable visite et espère te compter parmi les fans de Joyce.
A bientôt Smile
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 lunion-presse 03.04.11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maryse
Admin
avatar

Messages : 3454
Date d'inscription : 13/02/2010
Age : 25

La Joyce Family
Ta chanson préféré: L'heure avait sonné

MessageSujet: lunion-presse 03.04.11   Dim 3 Avr - 18:23

Joyce Jonathan, ce soir à l'Orange Bleue Quand précocité rime avec maturité

QUAND et comment as-tu commencé à jouer de la musique ?
« Il n'y a pas vraiment eu de déclic. J'ai toujours voulu faire de la musique. À cinq ans, quand, on veut être vétérinaire ou cosmonaute, moi mon rêve c'était déjà la musique. J'ai appris le piano, puis la guitare assez jeune. À 7-8 ans, j'ai gribouillé mes premiers textes, c'étaient des sortes de petits poèmes chantés. À 12 ans, j'ai écrit et enregistré ma première vraie chanson. c'était une passion assez solitaire, que je gardais pour moi. C'est à l'adolescence que j'ai commencé à l'assumer. J'ai acheté mon premier enregistreur, j'ai fait mes premiers concerts dans des bars parisiens. »
Comment ont réagi tes parents face à cette orientation ?
« Quand j'ai eu mes premiers contacts avec ma maison de disque, j'étais en terminale. J'ai eu mon bac, mes parents ont considéré qu'ils avaient « fait leur boulot ». Ils font eux-mêmes des métiers dans lesquels la passion tient une grande place, alors ils m'ont laissé faire (NDLR : son père est architecte, sa mère a créé une des premières agences de voyage spécialisé sur la Chine). »
Est-ce que tu fais des études ?
« Oui, je suis en fac de psychologie, j'étudie aussi la musicothérapie. C'est compliqué d'assister à tous les cours, mais j'essaie de rattraper entre deux concerts, ou dans le bus de tournée ».
Tu es produite par le label communautaire My Major Company. Est-ce que c'était ton premier contact avec le milieu professionnel de la musique ?
« À 16 ans, j'ai mis en ligne mes chansons sur Myspace, et j'ai demandé aux personnes de My Major Company d'écouter mes titres. Le label n'était pas encore créé, mais je savais qu'il était en projet. J'avais peur que mon travail ne plaise pas, mais ils m'ont répondu très vite. J'ai été inscrite sur le site en janvier 2008, en mai j'avais réuni les 70 000 euros nécessaires pour produire mon album. Je me souviens de ma première rencontre avec les gens du label, dans leurs grands bureaux à Paris. J'ai failli faire demi-tour plusieurs fois car j'étais très impressionnée. J'avais amené ma guitare, ils m'ont demandé de jouer quelque chose, ce que j'ai fait. Puis ils ont échangé quelques regards approbateurs. J'ai senti que ça pouvait le faire. »
Tu as travaillé avec Louis Bertignac, de Téléphone, sur ton album. Comment s'est faite cette collaboration et en quoi a-t-elle consisté ?
« J'écris et je compose toutes mes chansons. C'est moi qui suis allé chercher Louis Bertignac quand j'ai eu le budget pour produire mon disque, afin de travailler sur les arrangements de mes chansons. Les titres étaient faits, la structure était là, mais il fallait choisir une ambiance, habiller les chansons, ajouter de la batterie notamment. »
Tu es disque de platine à 21 ans. Comment on réagit à cette exposition médiatique ?
« Dès que l'album est sorti, j'ai compris qu'artiste, c'était un métier. J'ai enchaîné les plateaux télé, les interviews… Je n'ai pas réalisé tout de suite, l'impact que ça avait. J'essaie de « normaliser » ces situations pour garder les pieds sur terre. C'est quand même impressionnant de voir le public chanter ses chansons lors de mes concerts. J'en profite au maximum, j'espère que ça durera le plus longtemps possible. »
Tu sembles avoir tout pour être heureuse, mais ton disque est très mélancolique. Comment l'expliques-tu ?
« Sur mon album il y a des textes que j'ai écrits entre mes 13 ans et mes 20 ans. L'écriture, c'est une sorte d'exutoire pour moi, je me confie dans mes chansons. Alors quand je commence à écrire, c'est souvent en réaction à un événement que j'ai vécu ou observé, souvent un événement triste, de la même façon qu'on ne va pas voir un psy quand tout va bien. Mais en concert, je joue aussi des nouvelles chansons inédites, plus dynamiques et plus gaies. »
Quels musiciens t'accompagneront sur la scène de l'Orange Bleue ?
« Il y a un batteur, un clavier - bassiste, un guitariste. Le concert est plus rythmé que l'album, il y a des moments plus rock, et d'autres plus intimes où je suis seule sur scène avec ma guitare. »


Source : http://www.lunion.presse.fr/article/culture-et-loisirs/joyce-jonathan-ce-soir-a-lorange-bleue-quand-precocite-rime-avec-maturite
Revenir en haut Aller en bas
http://guillaumecanet.superforum.fr
 

lunion-presse 03.04.11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives 2011-